Accueil

03/02/2008

Gueorgiou on my mind

posté à 13h02

Un petit coucou à Pascal Grégoire Bouttreau qui, via son excellent blog, permet de découvrir les anonymes très bons athlètes français. En l'occurence, allez voir www.tero.fr pour comprendre, le lien avec l'actu du jour...ou plutôt de la nuit.

Il s'agissait donc cette nuit de la 8è édition de l'Hivernale du Raid Normand. Annoncé à 50km et 1050m de d+, nous finissons avec un parcours de 48km et 1615m de d+. Ce qui veut donc dire deux choses :
- 1) contrairement à l'année dernière, je n'ai pas fait de grosses erreurs d'orientation (deux traçages de balises où je me suis un peu déchiré, un à chaque road-book, nous ont fait un peu jardiné mais rien de méchant quand on a David le sanglier dans son équipe)
- 2) contrairement à l'année dernière, je n'ai pas choisi la sécurité et donc pris plusieurs azimuts surtout dans le final : ça fait très mal aux jambes (cf. le rab de dénivelé) mais ça fait bcp de bien au classement. Ce fut d'autant plus payant que Fred s'étant fait une entorse (enfin 4 mais une bien grosse), il valait mieux progresser au plus court car de toute façon, nous ne pouvions courir très vite sur les chemins tracés.
(Pour ceux qui ne connaissent pas trop, prendre un azimut, c'est le fait pour se déplacer d'une balise à une autre, de ne pas emprunter les chemins forestiers mais d'aller tout droit, en ne se fiant qu'à sa boussole. Concrètement, tu te tapes les ronces, les pentes, les branches, et le gros risque de dériver de ton cap, etc... donc ce n'est parfois pas payant, mais là, ce le fut, surtout qu'avec le nombre d'équipes présentes-plus de 100- et l'absence de prologue, c'était un peu le petit train, et le seul moyen de faire la différence était de prendre des azimuts de "chacal" ou plutôt de "chamois" vu les pentes et le froid.)

Arrivés 20è au bivouac, le re-départ fut très difficile, avec le refroidissement inévitable, les hanches qui semblent subitement avoir 80 ans et la stupeur de comprendre que nous n'aurons pas de ravitaillement en eau pour le camelbak (2l pour 9h30 dont 8h30 d'effort: hummm) mais finalement, l'arrivée au lever du jour avec un ciel bleu comme une orange et un sourire sur le visage des 3 copains (David, Fred et Sly) méritait bien cela.
Pour couronner le tout, nous retrouvons, à notre grande surprise, dans les 4 derniers kilomètres, nos copains du Team Médard Wall Street Institute avec qui nous avions fait les 10 premiers km. Ils finissent, à quelques minutes de nous, le sourire jusqu'aux oreilles malgré un TFL douloureux pour Hervécosystem, tout heureux comme nous d'un pareil classement, 12è au pire (certains équipes devant pouvant avoir des pénalités ultérieures) et 8è pour nous sur un peu plus de 100 équipes engagés.

Malgré tout, je ne suis pas sûr de le refaire car c'est quand même très usant, très dangereux au niveau des chutes et potentiellement pour toutes les petites tendinites susceptibles de se produire (surtout quand pas de ravito en eau) et aussi car le nombre et la densité des engagés font que l'on est quand même rarement seuls et toujours plus ou mois influencés (ou copiés) par des équipes en visu.

Place à la récup...

 

Pour consoler les fans de Roger suite à l'Open d'Australie


Autre news:
22/08/2017 : Hard Corps ou quand le noyau dure
07/01/2017 : back stAGe
14/10/2016 : Bec & Ongles
21/09/2016 : Le bon mot ment face à l'instant damné
27/01/2016 : Disque court, de la méthode...
24/08/2015 : Sauver les meubles (sans finir en kit ®)
19/06/2015 : wInnIcot
19/02/2015 : Quand le temps t'accule, tant pis ! Oeuvre et le pull, prends !
24/12/2014 : Il était temps (petit navire)
12/09/2014 : Faire des vo3ux avec du n9uf !


» Consulter les archives

RSS