Accueil

22/04/2008

Ou t'y es sans ciel

posté à 10h55

Pour faire suite à mon message précédent et répondre à quelques demandes sur le sujet, voici un rapide aperçu, un peu plus poussé que le précédent, de ce que m'apporte l'Ergomo Pro, à la lumière du stage passé.

Il y a plusieurs gros atouts :

- la précision de la charge d'entraînement. Sur le vélo, a fortiori, lorsque l'on est entraîné à distance, impossible de recevoir une consigne qui comporte une notion de vitesse (tellement variable selon la météo, le revêtement, la pente etc...) donc généralement, on s'en tient à des données cardiaques. Là aussi, sur un stage extensif, elles fluctuent beaucoup selon les différents caps passés (surtout vrai quand on arrive avec peu d'entraînement) donc ce n'est pas hyper précis. Dès lors, les watts sont le paramètre le plus précis et utile. Telle sortie => récup, ne pas avoir une NP supérieure à 200 watts. Sur telle autre => faire quatre cols de 4-6km juste au-dessus du seuil (X watts). C'est le meilleur moyen pour l'athlète et l'entraîneur d'échanger et quantifier la charge surtout si l'on couple avec les sensations et le cardio comme seconds indicateurs.

- c'est très rassurant quand on est à 20km/h sur le plat, mistral de face, de voir, via les watts 1- que l'on continue à bien bosser malgré l'importante chute de vitesse 2- qu'elle est le meilleur ratio aéro/puissance

- cela permet de déterminer la fréquence idéale pour chacune des grandes allures (pour ma part, je commettais une erreur d'environ 7 rpm quand à ce que je ressentais être ma fréquence idéale à PMA). C'est donc très utile pour l'orientation du travail

- dans les longues sorties ou ascensions, les fonctions classiques d'altimétrie sont utiles pour bien gérer son effort en fonction de ce qu'il reste à monter, de même que la fonction calorimètre (très précise avec le cardio - l'Ergomo détecte les ceintures Polar autres que Wearlink-) pour contrôler ses apports (et savoir qu'il faut prendre précisément 1073 pistaches chez Chamach pour compenser la sortie longue) et la fonction un peu moins classique d'inclinométrie instantanée qui est ludique et antimythomanique :-)

- au fur et à mesure des jours d'un stage avec beaucoup de volume, on a parfois des sensations bizarres (dans les deux sens) et le fait d'avoir une donnée objective est très utile (prévention du surentraînement, constat de progrès malgré baisse de sensations, respect des consignes, etc...).

- pour comparer des positions, même si cela nécessite bcp de temps, c'est très pratique et va parfois à l'encontre des sensations comme pour le point n°3

- j'en oublie d'autres...

 

Les limites que je vois :

- c'est un outil très, très précis qui met en exergue toutes les failles de tests comparatifs effectués de manière non parfaitement standardisées. Ainsi si vous voulez, par exemple, comparer deux plateaux ou deux réglages même sur home-trainer, le simple fait de ne pas avoir strictement la même position durant tous les tests fausse les données (exemple : vous suez plus lors de la 3è série, vous levez trois fois de plus la main gauche pour vous essuyer le front, à chaque fois que la main quitte le guidon, il y a pour s'équilibrer une toute petite pression supplémentaire sur l'axe qui va faire augmenter les watts alors que tous les paramètres sont restés identiques : vitesse, rpm et même la FC qui n'aura pas forcément eu le temps de monter de manière significative). De ce fait, il faut bcp, bcp d'essayeurs sur des intervalles très longs de tests croisés et avec des protocoles ultrarigoureux de tests pour discriminer deux produits (a fortiori s'ils modifient le pattern) très proches. Et si leur différence de rendement est flagrante, point besoin d'Ergomo pour s'en rendre compte.

- si l'on prend un échantillonage très court (on a le choix entre 1-2-5-10-15-60" de mémoire) la capacité de stockage n'est pas très grande. Une vingtaine d'heures avec 2". Ce qui nécessite un PC pour vider la console.

- surtout quand l'on roule beaucoup sur des routes avec beaucoup de vibrations, un étalonnage plus régulier s'impose (ça prend 1' environ). Ce n'est pas la mort, loin de là, mais si on a oublié de le faire et qu'on voit des valeurs aberrantes (au début, on veut y croire aux 500 watts pendant 10' sans respirer puis on finit par accepter la réalité et que la prophétie saliouenne tarde à se réaliser), on est un peu deçu. Il suffit alors de s'arrêter pour l'étalonner correctement mais c'est la moquerie garantie des compagnons de route sur l'électronique, le modernisme, l'esclavagisme du progrès etc... ;-).

- on est tenté de tout le temps le regarder...

Bref, la balance est très largement favorable et le produit fort utile pour qui veut cibler son travail et avoir un retour objectif sur ses séances.

En photo,  Davedicace.

 


Autre news:
22/08/2017 : Hard Corps ou quand le noyau dure
07/01/2017 : back stAGe
14/10/2016 : Bec & Ongles
21/09/2016 : Le bon mot ment face à l'instant damné
27/01/2016 : Disque court, de la méthode...
24/08/2015 : Sauver les meubles (sans finir en kit ®)
19/06/2015 : wInnIcot
19/02/2015 : Quand le temps t'accule, tant pis ! Oeuvre et le pull, prends !
24/12/2014 : Il était temps (petit navire)
12/09/2014 : Faire des vo3ux avec du n9uf !


» Consulter les archives

RSS