Accueil

18/04/2008

Fentes asthme

posté à 07h05

Des cuisses détruites comme après une première séance de fentes et le diaphragme qui demande du calme comme après une bonne insuffisance respiratoire… bref, ça fait du bien (aussi) quand ça s’arrête, un tel stage.

Au final 47h en 10 jours. Evidemment, record explosé pour moi. L’objectif symbolique des 1111km n’est pas atteint, la faute au choix des parcours (quasi tous très vallonnés et au mistral qui s’est invité en deuxième semaine) mais également à mon faible volume (et donc-pas toujours mais chez moi oui-niveau) vélo en commençant ce stage (à peine plus de 2000 km en 5 mois) d’où des moyennes plutôt vers les 27km/h. Donc pour les amateurs de chiffres, cela donne au final 6 km de nat + un peu de muscu, 930 km à vélo, 108 km à pied = 1044 km mais pas moins de 12500 m de d+ (vélo plus course). De quoi faire gagner directement 1 pt à la moyenne du volume horaire depuis le début de la reprise (de 11 à 12h/s). Un tel stage laissera des traces (positives ?) mais, quoiqu'il en soit, beaucoup de bons souvenirs comme autant de rencontres/retrouvailles :
Ironpat, le style et l’efikcité
Chamach, le pinarello-déprimeur
20-100, le lion orange
Fred, le traceur du Fenouillet
Yogui, le relayeur de Collobrières
Boubou, le maillon (10v) faible

et de routes vraiment parfaites (à l’incivilité routière des 83 + parisiens près) pour la pratique de notre sport (le col de Babaou monté plus de 10 fois, le col de la Taillude, la Garde Freinet, le col des Fourches, le circuit du Castellet (à ne pas emprunter avec des mains à faire des beignets), le col de Caguo Ven, le col de Gratteloup, la route Collobrières-Pierrefeu, le col du Rayol-Canadel, le col de Vignon, les pistes cyclables à 6h du mat, la piste des Crètes...

Dans la prochaine news, je reviendrais sur l’énorme apport de l’Ergomo dans ce stage, dans l’entraînement à distance et dans l'entraînement de manière générale mais aussi, les (quelques) limites de son utilisation.

Ces 10 jours me confirment également 1- qu’une vraie vie d’entraînement de professionnel complet du triathlon est simple sur le papier mais beaucoup plus dure en réalité et je ne sais pas si j’en serai capable 2- que les conditions d’entraînement du « sud » n’ont rien à voir avec celle de la Normandie (mode Nickaliméro on) 3- ...

Bon, je file, en quête d’un chargeur de batteries humaines pour retrouver un peu de pêche, car ce type de séjour, face à la mer, est propice à l’hyperchondrie et il est temps de s’occuper de quelques douleurs gérables mais trop persistantes pour être ignorées.

En photo, pendant que Papa répare la chaîne de Boubou, Héloïse Barre d'eau bronze à St-Trop de Pèze

 


Autre news:
22/08/2017 : Hard Corps ou quand le noyau dure
07/01/2017 : back stAGe
14/10/2016 : Bec & Ongles
21/09/2016 : Le bon mot ment face à l'instant damné
27/01/2016 : Disque court, de la méthode...
24/08/2015 : Sauver les meubles (sans finir en kit ®)
19/06/2015 : wInnIcot
19/02/2015 : Quand le temps t'accule, tant pis ! Oeuvre et le pull, prends !
24/12/2014 : Il était temps (petit navire)
12/09/2014 : Faire des vo3ux avec du n9uf !


» Consulter les archives

RSS