Accueil

28/03/2008

Spécial K-lin

posté à 20h38

Difficile de ne pas parler des derniers championnats d’Europe de natation. Que dire qui n’ait déjà été dit, commenté, plus ou moins brillamment analysé ou archidébattu ? Pas grand chose, je voulais donc revenir sur 2 ou 3 faits (parmi d’autres) passés un peu inaperçus à cause du fonctionnement (on se focalise sur une star ou un événement qu’on encense, amplifie, starifie, essore puis jette) des médias peoples (ce qui est un peu logique) ou sportifs (et là, ça me gène déjà plus) qui a la fâcheuse habitude de laisser dans l'ombre des performances pourtant superbes.
A l’instar d’un Vernay à Hawaii ou Busselton (because Jalabert), d’une Mauresmo à Wimbledon (because Coupe du Monde de Foot) Aurore Mongel, Hugues Dubosq ou Coralie Balmy (because Bernard ou Manaudou) ont eu la (mal)chance de réussir au "mauvais" moment. Non pas que les éléments éclipsants soient usurpateurs mais ce doit être un brin frustrant pour les concernés de réaliser leur exploit le même jour qu’un autre grand exploit et ne pas ainsi bénéficier (eux, mais aussi et parfois surtout, ceux qui les aident : sparring, coach, collectivités, sponsors, etc...) de la reconnaissance méritée.

Ainsi Hugues Dubosq, après une traversée du désert (à la nage donc c’est encore plus dur ;-)) de 2 ans, revient au premier plan mondial en passant sous la minute au 100m brasse à 2’’ du record d’Europe en 59’’78 (médaille d’argent) et sous les 2’10 au 200m en 2’09’’91 (médaille de bronze). Simplement énorme.

Et Coralie Balmy réalise 4’04’’15 sur le 400m et devient la deuxième performeuse française de tous les temps derrière l’inévitable Manaudou. Pour continuer dans la comparaison, Manadou lors de son 400m doré à Athènes avait nagé 4’05’’34. Ce qui situe la performance de la Martiniquaise et le contraste avec les retombées médiatiques.

Ou encore, évidemment Aurore Mongel, championne d’Europe du 200m Papillon sur les traces d’une Catherine Plewinski (sur 50, 100m) plus (re)connue en une période de disette pour la natation française.

A côté de ses grosses performances, difficile de raconter ses temps persos sans paraître totalement ridicule, donc je continuerai à m’abstenir, bien que certains en natation ou course-à-pied me rassurent plutôt, surtout en troisième semaine de cycle, et m’encouragent dans les sacrifices consentis. Pour le vélo, j’attends toujours un
klein d’œil du ciel pour qu’il retrouve un peu de bleu et mes fibres un peu de rouge.

A propos, saviez-vous que le concept du Bleu n’existe pas en Asie où il n'est considéré que comme une nuance du vert : un signe ? ;-)

De quoi devenir colorblind...

En photo, un avant-goût du sprint de Bois-Guillaume, sur lequel j'espère de bonnes performances des vertes tenues et également de Tom The Butcher, compère de galère dans les bacs ou sur les routes ;-)


 


Autre news:
22/08/2017 : Hard Corps ou quand le noyau dure
07/01/2017 : back stAGe
14/10/2016 : Bec & Ongles
21/09/2016 : Le bon mot ment face à l'instant damné
27/01/2016 : Disque court, de la méthode...
24/08/2015 : Sauver les meubles (sans finir en kit ®)
19/06/2015 : wInnIcot
19/02/2015 : Quand le temps t'accule, tant pis ! Oeuvre et le pull, prends !
24/12/2014 : Il était temps (petit navire)
12/09/2014 : Faire des vo3ux avec du n9uf !


» Consulter les archives

RSS